Le fruit picking, un job de backpaker

Canada, Corée du sud, Argentine, Australie… Muni du Working Holidays Visa , le précieux sésame de tout backpaker à la page, j’ai l’embarras du choix. Allez, direction la Nouvelle-Zélande, qui me fait rêver avec ces grands espaces et sa passion pour le rugby. Reste à financer 6 mois au pays des All Blacks et des kiwis. Restauration, import-export, garde d’enfants ? J’opte pour le grand air, la sueur et les rencontres authentiques : ce sera le fruit picking. Sortez vos gants, votre sac de récolte et suivez-moi dans les vergers néo-zélandais !

Physique Après plusieurs jours de farniente sur la plage ou au musée Te Papa de Wellington, il est temps de trouver du travail. Depuis ma chambre de backpacker, je parcours les petites annonces du web et du journal local et tombe sur quelques annonces de fruit picking. Pêches, oranges, bananes, cerises… que de choix ! Deux coups de téléphone et 375 km plus loin, je rencontre le contracteur de la ferme d’Hastings. Je ne perd pas de temps et commence à travailler de suite. Une heure après le début de la cueillette, je suis au fond. Vous pouvez me croire, ce n’est pas une partie de plaisir de travailler de 7h à 17h, les pieds trempés par la rosé du matin et sous les 35° dès 11h. Mal de dos, ampoules, froid et chaud sont les ingrédients réunis pour me garantir de bonnes journées de travail. Je pensais avoir un job tranquille mais c’est un vrai cauchemar et je suis bien loin du rêve que j’avais imaginé. C’est exténuant de devoir répéter sans cesse le même mouvement, de se baisser et se relever avec un sac de 25 kg attaché devant

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Retour à la maison

Toutes les bonnes choses ont une fin … Et cette fin a eu lieu lundi quand Alexis et moi avons rendu notre super van Jucy.

La fin de mon séjour, s’est soldé par un merveilleux roadtrip de 8 000 km en Australie. J’ai eu la chance rouler sur la Great Ocean, me balader dans le domaine forestier des Grampians, de me ressourcer spirituellement au pied de l’Uluru, de jouer avec les échos  dans les Kings Canyons, de rouler 10h par jours ainsi que de faire la coté EST dans les inondations.

Je ne vais pas tout dévoiler et vous laisse découvrir dans cette vidéo, mon voyage de 3 semaines en van.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=ig-yEI25AQk&feature=youtu.be[/youtube]

Publié dans Non classé | Un commentaire

J’ai sauté de 15000ft à Taupo

Enfin ! Je l’ai fait ! Après avoir eu un « non, tu ne peux pas sauter » 15 minutes avant mon saut en France, j’ai sauté en parachute en Nouvelle Zélande !

Discution entre Max et moi un soir à la coloc’ :
« Ça te dit un saute en parachute à Taupo ? »
« Ouai carrément ! »

On regarde sur le net les offres des différent prestataires. Ils ont tous les mêmes prix. Notre choix s’est alors orienté vers celui dont le site nous plait le plus. Je réserve pour dimanche 26 février.

Taupo se situe à 2h d’Hastings. On part à 11h30 après une grosse soirée qui s’est fini pour ma part à 3h du matin. Claire décide de nous accompagner. À 3 dans le van, la musique à fond, une pause sandwich et nous voilà arrivé. La pression monte de plus en plus. Je retrouve Elodie, une amie française qui est venue avec Fabien. Nous allons sauter tous les 4. (Claire avait sauté quelques jours plus tôt). Elodie arrive à me convaincre de prendre le saut à 15000ft et non à 12000ft. Pour $90, on gagne 3000ft mais surtout 15 secondes de chute libre. Ça fait mal au porte monnaie mais je me dis que je ne ferais pas ça tous les jours et puis pour compenser je pourrais manger des pâtes à l’eau sans pâte.

La pression monte un peu mais sans plus. On enfile les combis, visionne une vidéo sur l’attitude à adopter lors du saut et on nous présente nos moniteurs. J’ai de la chance, j’ai droit à une fille plutôt mignonne : Kristy.

Pret pour le grand saut ?

Kristy monte en première dans l’avion puis à mon tour. Cela veut dire que je vais sauter en dernier. Tout le monde est installé et l’avion décolle. Elle m’attache à elle pour le saut en tandem et m’explique diverses choses sur le saut et l’altitude. 15 minutes plus tard, nous voici à 12000ft, 2 personnes sautent et l’avion continu son ascension vers les 15000ft. Le cœur commence à accélérer. Kristy me donne de l’oxygène pour ne pas que je fasse un malaise. Nan, je ne sais pas trop pourquoi nous avons eu des masques. Surement car c’est plus difficile de respirer à cette altitude. Et voilà que Max saute, puis Fabien, puis Elodie et enfin … MOI. J’ai droit à une photo devant la porte ouverte, je me mets mes jambes dans le vide. Il caille !!!! J’ai peur de perdre mes chaussures mais l’excitation est vraiment là. Nous sommes au-dessus des nuages et donc je ne vois pas le sol. « Ready ? » me dit Kristy et voilà que l’on saute. Une vrille et c’est la chute libre. C’est un moment magique. Rien que d’écrire cet article j’en ai des frissons. Une étrange sensation. Je n’ai eu qu’un tout petit « haut lcoeur ». Rien à voir avec le saut à l’élastique qui lui arrache le bide. 2 secondes après le saut, j’ai eu l’impression de planer pendant la chute libre, une grosse sensation de vitesse (200km/h), du pur bonheur. La chute à durée 1 minute (c’est passé d’une vitesse … comme si ca avait durée 10 secondes) puis le parachute s’ouvre Elle me fait bouger les jambes pour gagner en vitesse et s’amuse à faire des tourbillons avec le parachute.

Coucou c’est moi

L’atterrissage se fait tout en douceur : une grosse glissade dans l’herbe. Vous l’aurez compris, je suis complément ravis de mon saut et de l’avoir fait avec des amis super en Nouvelle Zélande.

 

 Taupo, un endroit magique

Merci à Elodie pour les photos

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Allo maman, je suis tombé dans les pommes

Depuis presque 2 semaine maintenant, j’ai commencé le boulot et il était temps. Le solde de mes 2 comptes cumulé ne devait pas dépasser les 55€. La crise financière se ressentait un peu trop à mon goût.

Premier jour : La pose de bâches dans les allées des pommiers qui permettent au soleil de se refléter et de donner aux pommes une couleur homogène. Ce fût un boulot très enrichissant et passionnant. Non je rigole mais ça n’était pas déplaisant, plutôt facile et payé à l’heure. Un employé déroulait 2 longues bâches de 200 mètres dans chaque allées et Maxime et moi devions les fixer au sol grâce à des crochets. Nous avons dû arrêter vers 15h dû à la pluie.

Deuxième jour : Rebelote, on a fini la pose des bâches jusqu’à 10h. En bonus, nous avons eu le droit de balayer 4 hangars de 300m² pendant … 5h.

Nous avons reçu notre paye la semaine dernière : $196 pour 1 jours et demi de travail.

 

 L’un des hangars

Ensuite, lundi dernier, nous avons commencé la saison de picking. Rendez-vous à 7h au verger. Nous étions une trentaine. Certain d’entre nous sont restés ici et d’autre sont parti travailler dans un autre verger. À Enza, le picking se fait en équipe. C’est un procédé que je n’ai pas approuvé car comme j’ai pu le constater lors du picking d’orange à Renmark, on a tendance à trop compter sur son mate pour remplir la bin. Après avoir fait le 1er jour avec Ricky, Robin, Max et Claire, j’ai un groupe qui marche du tonnerre :

- Stephen, l’allemand qui cri toutes les 2 minutes « Too slow, Let’s go ! »

- Martin, le chilien et ces « Aller fils de pute » pour nous motiver, mais surtout nous faire rire

- Dave, l’anglais qui explose les pommes avec son front

- Kevin, le taïwanais qui mange trois pommes par pause en fixant un arbre

- Max, l’horloge parlante

 

Le verger Enza

Nous sommes payés au rendement entre $30 et $35 la bin suivant l’état des pommes et des arbres. Nous arrivons à en remplir entre 24 et 28 bins par jour soit $120 en moyenne par personne.

Une bin, 450kg de pomme en moyenne

On fini généralement une bin entre 15 et 25 minutes. Ce qui nous fait perdre le plus de temps, c’est la sélection des pommes. Il faut que la pomme soit au minium 50% rouge pour être cueillit et ne pas prendre des fruits plus petits qu’une bille de billard.

De belles pommes bien sucrées, un peu trop pour les plus mûres

Je vous quitte avec une petite vidéo dans les vergers d’Hastings.

 [youtube]http://www.youtube.com/watch?v=BFXRj4Bttkk&feature=player_embedded[/youtube]

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire